Héroïnes, portraits de yoginis.

Amandine Ruas


Une vie de yoga ce n’est pas seulement une vie d’introspection, c’est aussi par bonheur une vie de rencontres. Ces rencontres me sont précieuses. Il se trouve que les disciples du yoga les plus assidues, dont il m’a été donné de croiser le chemin, sont des femmes. Tout naturellement, j’ai souhaité partager une série d’entretiens qu’elles ont eu la gentillesse de m’accorder et de l’intituler « Héroïnes, portraits de yoginis ». D’abord, pour leur témoigner mon admiration, mon amitié, mais aussi pour partager avec vous leurs parcours, leurs réflexions et leurs aspirations qui je l’espère, éveilleront chez certaines et certains d’entre vous, comme un signe de reconnaissance de leur propre chemin et l’envie de se jeter corps et âme dans la voie du yoga.


Je suis particulièrement heureux d’ouvrir cette série de publications avec Amandine Ruas. J’aime la profondeur de sa pensée, sa justesse, la recherche qui l’amène à mettre en cohérence sa vie, son métier de coach et ses convictions. J’aime aussi la manière dont elle a su mettre son épanouissement intérieur au service des autres.

Voici ce qu’elle m’a confié…

Qui es-tu ?


Je suis Amandine Ruas, coach professionnelle, entrepreneure, auteure, et ... passionnée de développement personnel, de voyage et de yoga ! Après un début de carrière dans les Ressources Humaines, j'ai monté mon entreprise de coaching en 2017 et j'accompagne les individus dans leur épanouissement au travail, la construction de leur projet pro, et surtout... leur confiance en eux ! Ce qui m'anime au quotidien, c'est d'aider les autres à se découvrir, à s'aimer et à identifier & vivre leur mission de vie. Avec le coaching, j'ai trouvé la mienne. Je suis tombée dans la marmite du développement personnel il y a 6 ou 7 ans, et depuis je médite, travaille sur ma connaissance de moi-même, ma spiritualité, mon épanouissement. Le yoga fait partie des pratiques qui contribuent à mon équilibre.

Quelle a été ta première rencontre avec le yoga ?


Un cours de yoga en Indonésie, au milieu des rizières. Une révélation. J'ai toujours cru que le yoga c'était lent, mou, et que cela ne me conviendrait pas (j'adore faire des sports intenses, je suis dynamiques, voire hyperactive). Et pourtant... Cette première rencontre avec le yoga était incroyable. Un dépassement physique, une connexion avec mon corps, et après la session, la sérénité dont j'avais besoin pour ma pratique de la méditation.

Pour quelles raisons es-tu allé pour la première fois à un cours de yoga ?


La première fois, c'était l'exotisme de l'Indonésie, l'envie de découvrir cette pratique dont on me vantait les mérites, l'appel de mon intuition (alors que ma tête me disait que ce n'était pas pour moi).

La vraie question est surtout, je pense, ce qui m'a poussée à y retourner en rentrant à Paris, en dehors du cadre extraordinaire de l'Indonésie : Les progrès incroyables d'un corps qui s'assouplit en douceur et sans forcer, la connexion à son souffle, la paix intérieure à la fin d'une session, l'oubli de soi durant la session, l'apprentissage de l'écoute de soi...

Pour quelles raisons continues-tu aujourd’hui à pratiquer le yoga ?


J'y ai un peu répondu dans la question précédente je pense, mais j'ai envie d'en dire plus, car il est vrai que le yoga est devenu une forme de rituel dans ma vie, qui m'ancre et fait aujourd'hui partie de ma routine. Je crois que c'est cette connexion à moi-même et cette paix intérieure que le yoga me permet de trouver, qui m'invitent à continuer avec régularité ma pratique. C'est un rendez-vous avec moi-même, un moment pour prendre le temps, prendre de la hauteur, accepter de déconnecter le mental pour laisser son corps et son intuition parler. Nos vies sont souvent bien remplies, effrénées ou intense (en tant qu'entrepreneure et coach, mon quotidien est bien rempli et prendre soin de soi d'une façon ou d'une autre est essentiel!). Ce moment de ma pratique permet de ralentir et de revenir à l'essentiel. Le yoga ne solutionne pas le stress, les emplois du temps chargés, la pression, mais il remet les choses en perspectives et nous crée l'espace mental pour voir nos anciennes priorités avec clarté. Et puis... faire du yoga me fait du bien au moral, tout simplement. J'ai l'impression de "sourire de l'intérieur", après chaque session :)


Si un ami ou une amie te demande ce qu’est le yoga, que lui réponds-tu ?

Vaste question... Je crois que je lui répondrais: "Je ne peux pas t'expliquer le yoga, il faut que tu le vives. Viens avec moi au cours de Laurent et tu comprendras"


Quelle est la chose que tu as réalisé dans le yoga et dont tu es la plus fière ?


Hum... La partie de moi orientée résultat dirait "l'équilibre sur la tête ».

La partie de moi qui est aujourd'hui plus sage dirait... apprendre à écouter et respecter mon corps et ses limites.

Lequel, parmi les huit piliers du yoga définis par Patanjali, est le centre de ton attention en ce moment ? Pourquoi ?


En ce moment, les asanas et la méditation. Je médite tous les matins depuis des années. Je ne sais pas si les asanas et la méditation ont changé ma vie, ou si c'est parce que ma vie a changé que j'ai pu faire place à ces pratiques. Une chose est sûre : elles contribuent à mon équilibre, à la coach à l'écoute et bienveillante que je suis, à l'amour de moi-même que j'apprends à développer, à l'amour que j'ai pour les autres et les Hommes, et l'envie d'apporter de la douceur.

Comment envisages-tu la suite de ton aventure dans la voie du yoga ?


Je pense que c'est pour moi une aventure qui durera toute une vie, sous une forme ou une autre. Peut-être avec des pauses ou des formats différents. A court terme, je sais que je vais repartir en retraite de yoga (j'en ai fais 4 à ce jour, dont certaines en Asie), et continuer au moins une pratique hebdomadaire. Le yoga, c'est un rendez-vous avec moi-même et le monde, qui ne doit pas être reporté.



Souhaites-tu ajouter quelque chose d’important ?


Oui, merci Laurent pour tes cours. En rentrant de ma retraite en Asie en 2017, je me demandais où et comment trouver à Paris un enseignant à la hauteur de ceux que j'avais rencontrés en Asie, et une spiritualité aussi profonde. Je ne voulais pas du yoga comme une simple pratique du corps (comme c'est parfois le cas dans certains studios). Je voulais pratiquer le yoga comme une spiritualité. Tu me permets cela Laurent,

Merci du fond du coeur



97 vues